Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Cliquez sur "J'aime" !

10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 10:10

   Mercredi 6 octobre 2010, c'était la soirée des Julien au Hublot à Nancy  pour le concert d'ouverture de cette édition des NJP(*) ! Non pas à cause de mon prénom, ça serait un peu mégalo de dire ça mais vous allez très vite comprendre où je veux en venir. Toute l'équipe du blog de Julien Petitjean était présente.

   A l'origine, c'était exclusivement pour les 2 seules chansons que je connaissais de Jil is Lucky que je suis allé à ce spectacle,Heyheymymy.jpg les ayant découverts grâce à la nouvelle pub du parfum Kenzo (**).

   Chercher une place où se garer près de la fac de Lettre de Nancy (où ce trouve ce fameux Hublot) revient à chercher une aiguille dans une botte de foin, si bien que j'arrive un peu en retard et le spectacle est déjà commencé. Entendant les premières notes au loin, je me dis "Flûte c'est déjà commencé, pas grave, ça doit être le 1ère partie". J'ai vite déchanté. Le 1er groupe à passer s'appelle Hey Hey My My en référence à une chanson de Neil Young. Leur musique n'a pourtant pas grand chose à voir avec le style folk rock de ce dernier, mais ça déchire grave ! Leur set, d'une durée d'environ 50 minutes passe beaucoup trop vite. Pas le temps de se lasser tant les morceaux se différencient rythmiquement les uns des autres, mélodies colorées accrocheuses et carrées mais jamais encombrées de fioritures faciles. On pense pêle même au rock British de Queen, les Beatles ou les Kinks parfois même Led Zeppelin, même si leur prononciation de l'anglais ne fait aucun doute qu'ils ne sont pas anglophones dans la vie  (***) ! Qu'à cela ne tienne, c'est un choc et au risque d'être déçu je m'empresse d'aller faire l'acquisition de leur CD à la fin du spectacle. Je prends bien la précaution de leur demander si leur CD est bien avant de leur lâcher 15€ (****). Sympathiques, l'un d'entre eux ayant d'ailleurs de faux airs de Woody Allen, ils m'assurent que le CD déchire bien sa race. La suite me prouvera qu'ils avaient raison. En me demandant mon prénom pour les auto-graphes, ils me disent "Ah, encore un !" et j'ai droit à des "Pour Julien de la part de Julien" sur la jacquette bien que je n'en sois pas...

   2e partie de soirée, Jil is Lucky. Petit chanteur barbu au yeux tombants avec une casquette de communiste lui donnant de faux airs de Fidel Castro jeune. Parmi les musiciens, on reconnait Julien (encore un !) Bensé qui connut son heure de gloire il y a 2 ou 3 ans avec son tube "Au grand jamais" et qui eu pour première partie lors de ses tournées quelqu'un que nous connaissons jilislucky.jpgbien. La mélodie d'"Au grand jamais" est restée, son nom peut être un peu moins. Nom (de famille : Bensénior) qu'il partage avec Jil is Lucky pour la simple et bonne raison qu'ils sont frères. Ce sont d'ailleurs à peu près les mêmes musiciens pour la formation Bensé et Jil is Lucky alteranant le rôle de leader. Musicalement, il est vrai que la voix étrange de Jil confère à ses refrains une couleur particulière, et bien qu'on peut considérer qu'ils mettent le feu sur scène, je n'ai pas spécialement, contrairement à leur prédecesseurs, été conquis outre mesure par les morceaux que je ne connaissais pas, trop à l'opposé de ceux que je connaissais "The Wanderer" et "jil is Lucky". Trop d'envolées planantes interminables et parfois presque lassantes. Je pensais retrouver le folk mélancolique et aux consonnaces slaves des 2 titres pré-cités. Dommage. Cela ne m'a pas convaincu à faire également l'acquisition de leur album sous format 33 tours vendu au stand commun au fond de la salle. Et ce bien que la pochette soit dans un pur style kitch néo année 70 que j'affectionne particulièrement. Cela dit, vu l'ovation qu'ils ont reçu, je dois être le seul de cet avis ! Jil a vraiment de la chance...

   Pas grave, je suis rentré à la maison avec un trophée qui tourne encore en boucle sur mon auto radio et que je vous conseille vivement faute de les voir en live, ce qui bien sûr ne remplace pas le CD mais faute de mieux...

   Tout ça pour dire que aucun doute possible, c'était bien la soirée des Julien, 1 chez Jil is Lucky, 2 chez Hey Hey My My, un dans l'équipe du Blog de Julien Petitjean et sans doute bien d'autres dans le public que j'estime à 500 personnes. La prochaine fois, promis, je viendrai en bus, pour être sûr de ne pas passer des heures  à  trouver où me garer.


(*) Nancy Jazz Pulsations

(**) Je vais d'ailleurs publier d'ici peu un article sur les musiques de pub que j'aime bien, maus chut, je n'en dis pas plus.

(***) En effet ce sont des parigots

(****) Des fois qu'ils me répondent "Non c'est nul à chier, ne l'achète surtout pas !"

Partager cet article

Repost0
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 22:00

   Au début de la chanson de "Roxane", 1er tube du groupe britanique THE POLICE on peut entendre un accord jazzy de piano puis un rire sarcastique. Connaissez vous la vraie histoire de ces 2 élements et le lien de cause à effet entre les eux ? Tout d'abord je vous propose d'écouter l'intro de la chanson sur ce lien :

  THE POLICE - " Roxane "

  sting.jpg   Il y a quelques mois, le chanteur Sting racontait à Naguy dans Taratata que lors de l'enregistrement de la chanson, de la partie chant plus précisément, au cours de l'intro, en attendant de chanter, il s'est assis sur le clavier d'un piano présent dans le studio en pensant que le couvercle était rabaissé. Manque de bol, ce n'était pas le cas ce qui, par effet de surprise, provoqua son hilarité d'où le rire qu'on entend.

    Au cours du mixage de la chanson, les ingénieurs du son auraient pu tout simplement couper cette séquence mais il a été décidé de la garder tant elle parait spontanée et tant le rire s'intère bien à la musique !

    Tant qu'on y est, savez-vous d'où vient le nom de scène de Sting (dont le vrai nom est Gordon Matthiew Thomas Sumner ? Ce pseudo est dû au fait qu'à l'époque où il était bassiste de jazz avant la formation de THE POLICE, un soir, il vint affublé d'un pull over à rayures horizontales jaunes et noires. Ses compagnons le surnomèrent "Sting" (soit "dard" en anglais, synecdoque également utilisée pour désigner l'abeille). Le pseudo est resté...

   Le saviez-vous ? A leur débuts, le groupe THE POLICE n'étaient pas 3 mais... 4 ! Le 4e (3e par ordre d'arrivée) était Henry Padovani, un guitariste Corse ! Mais ce dernier est parti à cause des tensions qui l'opposaient à Andy Summers, l'autre guitariste. Par contre, de tous les pics que les deux guitaristes se sont échangés, Sting, malgré son surnom, n'y a jamais été pour quelque chose !

Partager cet article

Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 14:00

   Savez vous pourquoi  François Valery a choisi ce pseudo (son vrai nom étant Jean-Louis Mougeot(*)) ? L'histoire est étonnante et je suis persuadé que vous ne me croirez pas. Qu'à cela ne tienne je vous raconte quand même l'anecdote.

     Nous sommes en 1974. Jean-Louis Mougeot, 20 ans, qui chantait à l'époque, sans grand succès sous le pseudo de Claude Larra, cherche un nouveau pseudonyme pour la sortie de son 45 tours "Une chanson d'été". A l'époque la campagne présidentielle bat son plein et les candidats en lice pour le 2e tour sont François Mitterrand et Valery Giscard d'Estaing. Il n'en fallut pas plus à Jean Louis pour accoler les prénoms des 2 candidats pour former son nouveau nom de scène : Ce sera François Valery !

     Imaginez, si le chanteur avait commencé sa carrière en 1965, il se serait appelé Charles François aurait été un sérieux concurrent de Claude François qui en aurait été fou de rage (d'autant que la ressemblance physique n'est elle non plus pas négligeable).

     En 1981 ? Pas de différence. En 1988 il se serait appelé Jacques François, et aurait provoqué le courroux du comédien du même nom. En 1995, il se serait appelé Jacques Lionel. Là, c'est l'interprête de "La danse des canards"JJ Lionel qui aurait crié au plagiat ! En 2002 ? Jean Marie Jacques. C'est en 2007 que ça aurait été le plus drôle, il aurait opté pour le pseudo Nicolas Ségolène ! On n'est pas très loin de Nicolas et Pimprenelle....

 

FranVal.jpg

 

   Trêve de plaisanteries. Toujours est-il que petit, ambrouillé par tous ces chanteurs avec "François" dans leur nom, entre Claude François, François Valery, Frédéric François et j'en passe, je m'étais amusé (sans connaître encore l'annecdote que je viens de vous conter) à inventer ce nom : Frédéric François Valery giscard d'Etaing. Sur une idée similaire, à la grande époque de Nulle Part Ailleurs sur Canal +, le tintinologue Albert Algoud s'était amusé à inventer le personnage de François François, personnage dérisoire né sans doute de la fusion entre Claude François, François Valery et  C. Jérôme.

     Certes, la carrière de François Valery ne se résume pas à son duo "Dream in blue" avec Sophie Marceau en 1981 au moment du succès de "La Boum" mais on se souviendra tous de ce grand moment de télévision où, interviewé en compagnie de l'actrice au sujet du duo en question, Jean Louis Mougeot cloua le bec de Sophie en déclarant qu'il ne souhaitait pas renouveler l'expérience...

 


(*) Le parallèle avec Papy Mougeot, personnage fétiche de Coluche, n'aurait pas tout à fait pu être en accord avec l'image de chanteur de charme qui lui a collé à la peau au début de sa carrière !

Partager cet article

Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 13:40
   Impossible de résister à la tentation de vous faire partager cette vidéo de "Nuit de folie" du groupe des années 80 "Début de soirée" chanté en Français par des Coréennes... J'attends vos commentaires !


Partager cet article

Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 16:30

   "Etouffé par son vomi, voilà une mort digne d'un vrai hardos !" cette phrase me revient en tête, de l'époque du lycée(*) où je commençais à m'intéresser au hard rock. Je regrette juste de ne pas avoir pu publier cet article le vrai jour anniveraire (à savoir hier) de la mort du 1er chanteur d'AC/DC parti nous laissant tous orphelins (encore qu'à l'époque j'avais encore jamais entendu parler d'AC/DC)...

   Bon Scott est loin d'être le 1er artiste mort étouffé par son vomi, l'ont précédé, excusez du peu, Jimi Hendrix et Keith Moon (batteur cinglé des Who) et suivi en 2009 par le moins prestigieux Stephen Gately (des Boyzone) en 2009. Mais que s'est-t-il passé exactement ce 19 février 1980 ?

   Selon la légende, après une soirée fort arrosés à Londres, un proche s'étant proposé de le ramener chez lui à bord de sa Renault 5, se serait rendu compte que le malheureux était tellement ivre qu'il lui fut impossible de le réveiller. Il décida donc de le laisser dans la voiture, de se garer devant chez lui pour se coucher mais non sans être allé chercher un couverture pour protéger Bon du froid.

   Le lendemain matin, il constata que ce dernier était toujours inanimé et l'emmena à l'hôpital où l'on constata son décès. Cet ami a été surnommé Alistair Kinnear afin que personne ne connaisse sa véritable identité. Certain prétendant qu'il n'a jamais existé et que c'est une histoire montée de toutes pièces. Malgré l'autopsie qui conclut à une mort par étouffement, les vraies raisons de la mort de Bon Scott sont sujet à débats depuis 30 ans.

   On a raconté tour à tour que Bon Scott est mort soit d'hypothermie, soit d'une overdose d'héroïne, soit d'une asphyxie par gaz d'échappements, on parle même d'une thèse de complot ! Bref, ça ne le fera pas revenir mais pour le fun, on peut toujours regarder ce petit reportage consacré à l'artiste avec des interviews de proches. J'espère que vous êtes bon en anglais car ce n'est pas traduit !

   Suite à la mort tragique de Bon, AC/DC décida de tout arrêter, mais la famille et l'entourage de Bon souhaita que pour perpétuer sa mémoire, il fallait qu'ils continuent. Rapidement, AC/DC trouva un nouveau chanteur en la personne de Brian Johnson, fan incodtionnel du groupe et dont la voix rappelait celle de bon. Ironie du sort, le premier album qui sortit après l'arrivée de Brian Johnson et le 2e album le plus vendu de tous les temps : "Back in Black" dont la pochette noire est un signe évident de deuil adressé à Bon. (Ah bon ?)

     
           Bon Scott               Brian Johnson                    Back in Black

   Bien que son vrai nom était Ronald Belford Scott, "Bon" était d'un surnom qui venait du mot "Bone" qui signifie os, non pas en référence à l'état dans lequel il se trouve depuis 30 ans mais pour la raison suivante : Tout petit à l'école, émigré en Australie, tout le monde se moquait de son accent écossais. Pour se faire respecter, il répliquait de façon très violente à ces moqueries et son tempérament de bagarreur lui valu de devenir "dur comme un os" d'où le surnom.

   Sa voix diabolique m'a toujours fasciné. Autant pour Bon que pour Brian, pendant des années, il me fut impossible de mettre un visage sur leur voix pas même d'en imaginer un (**) ! Je n'ai découvert le visage de Brian Johnson qu'en le voyant en live au Galaxy d'Amnéville en l'an 2001. La 1ère de ces 2 voix s'est donc tue, il y a 30 ans, peut être, donc, étouffée par son vomi.


(*) Chaoul, si tu nous lis...
(**) Sachant que la figure de proue du groupe était plutôt Angus Young

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 10:10
   Outrepassant exceptionnellement la règle que nous nous sommes fixés lors de notre dernier rendez-vous, le marché des rétrospectives annales étant déjà saturé, en voici tout de même une qui nous tenait à cœur. Mais qu'à cela ne tienne, c'est pour notre plus grand plaisir !

   Voici une liste totalement subjective des CD qui ont marqué l'équipe du blog cette année. Nous en avons peut être malheureusement loupé quelques uns qui auraient figuré en place de choix dans ce palmarès, mais pour lesquels les budgets de l'équipe n'ont pas permis d'en faire l'acquisition... (via Deezer ou eMule... gloup's...) Honneur aux dames, on commence par Claire Denamur et Coeur de Pirate. Cliquez sur les pochettes et vous découvrirez un clip de chaque artiste !

Claire_Denamur_CD.jpgClaire Denamur - Claire Denamur : Bien que la jolie Clairounette ne se soit pas foulée pour trouver un titre pour son CD, elle peut néanmoins prétendre à avoir accompli l'exploit d'être la première chanteuse à réussir à me faire acheter et aimer un CD de chansons qu'on pourrait qualifier de "culcul-la-praline". Son secret ? Des arrangements Gainsbouriens, Beatlesiens et Lovin' Spoonfuliens qui y sont sûrement pour quelque chose. De même qu'une magnifique voix faussement ingénue, lérèrement rauque donnant une interprétation passionnée de ses ritournelles toutes simples mais ayant reçu un coup de baguette magique au point de faire figurer l'une d'entre elle en musique de fond d'un spot publicitaire pour une grande marque de cosmétiques (REXONA pour ne pas la citer) ! D'autre part, je ne saurais trop vous conseiller d'allez voir Claire sur scène, armée de sa guitare paraissant trop grande pour elle et son fidèle guitariste Vincent Martinez, souvent en 1ère partie de la Grande Sophie, Nicolas Canteloup ou autre Bensé, elle met le feu et a un talent incroyable pour se mettre le public des autres dans la poche, au risque de parfois éclipser l'artiste vedette...


Coeur de Pirate - Coeur de pirate Incroyable découverte que cette Coeur de Pirate alias Béatrice Martin, québecqoise de son état. La première fois que j'ai entendu le CD en widget sur un blog, je me suis dit que ça sortait tellement du lot qu'il n'y a aucune chance qu'on entende ça un jour à la radio ! J'ai été agréablement surpris de constater que je m'étais trompé. Cette blondinette au corps parsemé de tatouages multicolores semble vraiment se demander ce qui lui arrive devant un succès aussi soudain, démeusuré et inattendu. Pourtant ce CD très (trop) court est un véritable travail d'orfèvre. Une voix très étrange, aux limites du défaut de prononciation et qui arrive, même avec des chansons dont on ne comprends pas toujours le sens profond, arrive à nous faire entrer directement dans la 4e dimension. Enfin, des orchestrations qui, sans chercher compliqué, vont à chaque fois nous trouver des petites originalités ou des sonorités qui - certes,  sans prendre de gros risques - nous sortent de l'ordinaire que nous propose habituellement la nouvelle scène franç... cophone. Pour conclure, pareil que pour Claire Denamur, des mélodies toutes simples auxquelles on a donné un coup de baguette magique. En bonus pour vous les filles, un magnifique duo avec Julien Doré.

Placebo002.jpgPlacebo - Battle for the Sun On les croyait éclipsés définitivement mais Placebo, flanqué d'un nouveau batteur qui a boosté le groupe d'un élan de créativité a fait pondre par Placebo un album de la même trempe que les autres mais survitaminé, et seul CD de notre sélection portant un nom ! Alors, bien que les critiques étaient unanimes pour dire que le disque précédent "Meds" était extrèmement sombre et "Battle for the Sun" beaucoup plus optimiste, permettez moi de mettre un bémol sur cette affirmation, on est toujours dans des trips glauques sur la drogue, les excès en tous genres, mais ne demandons pas à Placebo de ne plus être Placebo (bien que pour la 1ère fois, selon les dires de Brian Molko, le disque n'a pas été réalisé sous l'effet de drogues !) Cet album est donc du pur Placebo ni plus ni moins et marque malgré tout la renaissance du groupe qui, fidèle à lui même, est toujours aussi ennuyeux sur scène, malgré les efforts évident du nouveau batteur, craintif de ne pas dépasser la période d'essai. En cadeau si vous cliquez sur la pochette, le skètche que nous a concocté la diva Brian Molko lors de leur passage à Strasbourg le 22 octobre dernier. J'y étais ! Souvenirs...


CD MGMTMGMT - MGMT Ou comment utiliser intelligemment du matériel utilisé bêtement pendant les années 80. Le duo New Yorkais MGMT (Management) nous présente comme premier opus un florilège de morceaux électro extrêmement mélodiques mais tout en subtilité.  Ces as du bidouillage électronique manient à merveille les effets sonores au point d'accomplir la performance de magnifier des voix de mauvais chanteurs pour nous donner 10 tubes en puissance dont le 1er, l'entêtant "Kids" semble sortir du répertoire New Wave du tout début des années 80. Depuis la sortie de l'album, celui-ci est une mine inépuisable de musiques d'illustrations de reportages télévisuels (comme l'était "Life in Cartoon Motion" de Mika il y a 2 ans) et... De congrès politiques ! L'UMP ne s'y est pas trompé mais ça lui a coûté cher, bravant ainsi la loi HADOPI qu'il a lui même fait voter !

   Maintenant, à vous de me soumettre (en commentaire) votre top 4 de l'année !


Partager cet article

Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 12:57
RenaudMoliMalo.jpg     3 ans après la sortie de Rouge Sang, c’est aujourd’hui que sort "Molly Malone"(*) le nouvel album de Renaud, ancien chanteur loubard, nouveau chanteur bobo mais quoiqu’on puisse lui reprocher, c’est mon chanteur préféré donc difficile d’être objectif c’est pourtant ce que je vais essayer d’être aujourd’hui.

    Renaud Séchan, (pour ceux de la nouvelle génération qui n’en ont jamais entendu parler : beau père de Renan Luce) a décidé de retenter l’expérience initié en 1991 pour l’excellent album Marchand de cailloux qui d’ailleurs à l’époque n’a pas eu le succès qu’il aurait mérité, et reste l’un de ceux que j’affectionne le plus. A l’époque, écœuré par les instrumentations électroniques à outrance et qui ont pourri les années 80 et l’album Putain de camion, le chanteur avait décidé de revenir « aux racines » en proposant un disque presque exclusivement constitué de sonorités acoustiques tendance folk avec un sommet pour le titre La balade nord irlandaise que l'on retrouve d'ailleurs dans ce nouvel opus.

    Aujourd’hui avec Molly Malone, le mot « tendance » est devenu un euphémisme, le chanteur a carrément collé de nouveaux textes entièrement consacrés à l’Irlande, Belfast, le chômage consécutif à la fermeture des usines etc… sur des musiques toutes issues du folklore irlandais. Orgie de violons, flûtes, bombardes et bodranes pour notre plus grand plaisir. Bien que les mélodies choisies soient très belles et les instrumentations plutôt réussies, cet album est le 3e album sur lequel Renaud ne chante plus mais grogne…

    Bien qu’il déclare avoir arrêté de fumer, les ravages de nombreuses années de tabagisme semblent irréversibles. Renaud cherche péniblement les notes, on croirait entendre un album complet d’essais de voix donnant parfois l’impression qu’il découvre les morceaux. Une catastrophe vocale. Du gâchis, dommage. Bien qu’il n’ait jamais eu une voix de cristal on regrette quand même les années Morgane de toi

    Quand à la pochette, elle est un peu surprenante, on y voit un Renaud méconnaissable marchant dans une rue de Dublin. J’entends par méconnaissable non pas le fait qu’il soit ni amaigri ni grossi ni vieilli, mais on peine à reconnaître les traits de son visage non masquées par des lunettes de soleil. Sa posture y est étrange. Le choix de la photo - bien que l’assortiment des couleurs soient agréables à l’œil - est pour le moins surprenant.

    Pour ceux qui décidément ne supportent plus d’entendre Renaud chanter mais qui éprouvent un goût prononcé pour la musique irlandaise, procurez vous l’édition de luxe de l’album avec un 2e CD ne contenant que les pistes instrumentales des chansons !

    Ma plume est certes un peu assassine à l’égard de mon chanteur favori depuis 25 ans. Mais qui aime bien châtie bien !



(*) Strictement aucun "rapport" avec Roberto Malone !

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 00:14
   Hier nous avons entrepris une étude scientifique de la chanson "Rue des Etoiles" du chanteur Gregoire, pour vérifier si tous les détails d'ordre astronomique évoqués dans la chanson étaient exacts. Nous en étions resté au refrain... (Si vous avez manqué le début)


    J'ai eu beau consulter tous les manuels d'Astronomie, la rue des étoiles n'existe pas. Il n'existe d'ailleurs ni boulevard, ni avenue, ni place portant ce nom. Même remarque pour le boulevard de l'Ether. Quand au vaisseau spatial, il n'existe pas encore de vaisseaux spatiaux à usage privé. On se demande comment Gregoire passe du transport en commun (le bus) à un engin personnel. Il ne précise pas non plus où son engin est garé... Parking du Cosmos ? Place de la Voie Lactée ? Et quand il pilote son engin, Gregoire met-il sa ceinture de Van Halen ?

Toi et moi
Toi et moi…

    Là, il aurait pu remplacer " Toi et moi " par " Toi + moi " mais cette remarque n'engage que moi...

On se baladera sur Neptune
Cette planète après Saturne
Il faudra suivre les comètes

    Pour le coup, Neptune est effectivement après Saturne (si l'on part de la Terre), on y accède via Uranus. Par contre, pas facile de s'y balader vu que la température moyenne à sa surface est de - 220°C sans parler des vents de plus de 2000 km/h qui y règnent, alors si vous envisagez de vous balader sur Neptune, pensez à bien vous couvrir...

On apercevra Uranus
Aussi pluton le terminus
Là où la galaxie s'arrête

    Attention ! Ne pas confondre la galaxie et le système solaire : Notre galaxie, la Voie Lactée est composée de 100 milliards d'étoiles dont notre Soleil, ce dernier n'étant pas parmi les plus grandes. Autour du Soleil tournent 8 planètes. La voie lactée est représentée ci-dessous. La flèche rouge pointe sur l'emplacement supposé de notre système solaire.
   Quand à Pluton, il a été pendant longtemps considérée comme la planète de notre système solaire la plus éloignée du Soleil. Mais désormais, et depuis 2006, suite à la découvertes d'autres planètes du même type (Eris, Ceres, Haumea ou Makemake), il s'est avéré que Pluton ne peut plus être considérée comme une planète mais une planète naine.



Je sais on n'ira pas sur mars
Car c'est là qu'habite la garce
Qui t'a volé ton ancien mec

   Il n'existe pas encore de station habitable sur Mars. Même si c'est en projet, on ne risque pas de voir des êtres humains sur Mars avant 2030. Les conditions climatiques sur Mars ne permettent pas d'y vivre dehors. Si tu veux retrouver la garce qui t'a volé ton ancien mec, tu auras beaucoup plus de chance de la trouver sur notre bonne vieille Terre !

Mais oublie tes nuits sans sommeil
de l'infini jusqu'au Soleil
Je t'apprendrai à vivre avec
Et tellement d'autre chose
L'envie en overdose

Mais…

Retrouve moi Rue des étoiles
La deuxième après Jupiter
Je connais un endroit pas mal
D'où l'on peut voir tout l'univers

Retrouve moi Rue des étoiles
Pas loin du Boulevard de l'éther
A bord de mon vaisseau spatial
On se rappellera la Terre

Toi et moi…
La terre

   Voilà, c'est tout pour cette étude. Gallilée, Kopernic et Kepler doivent sans doute se retourner dans leur tombe en écoutant Grégoire, mais la poésie (si tant est qu'il y en eusse) n'est-elle pas plus importante que la réalité scientifique des paroles de ce chant ? J'attends vos commentaires...

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 00:14

    Le chante
ur Grégoire a pour particularité d'être officiellement le premier artiste français produit par les internautes, même s'il y en a eu d'autres dans une moindre mesure et moins médiatisés. Son premier album, fruit de cette coproduction internautique ne révolutionnera pas le monde de la musique mais, ses mélodies s'écoutent avec plaisir. Avec plaisir à condition de ne pas être dans une phase de déprime à tendance suicidaire ! Les ritournelles de cet écorché vif sont en grande partie inspirées de la mort de ses deux frères et les déboires amoureux, bien que son premier tube " Toi + moi "(*) soit une chanson pleine d'espoir.
   Aujourd'hui, nous allons nous pencher un peu plus précisément sur " Rue des étoiles " son 2e tube. Cette chanson est parsemée d'erreurs scientifiques que l'équipe du blog de Julien Petitjean tenait absolument à corriger afin de remettre les fans de Grégoire dans le droit chemin, et au passage, faire en sorte que les autres lecteurs de ce blog deviennent fans de Grégoire.

Rue des Etoiles 
Grégoire Boissenot

Pour écouter la chanson, cliquez sur ce lien :
http://www.deezer.com/listen-2139651


Allo là, je suis dans le bus
Le 41 pour vénus,
Celui qui va jusqu'à mercure

    Tout d'abord, il n'existe aucune ligne de bus qui va de la Terre jusqu'à Mercure ! D'autre part, malgré les progrès de l'aéronautique, on n'a pas encore réussi à envoyer des êtres humain vers Mercure, située aux meilleurs des cas à 80 millions de km de la Terre. Malgré tout, Grégoire ne s'est pas trompé dans l'ordre des planète : En partant de la Terre il y a bien Vénus puis Mercure, la planète la plus proche de Soleil. Mais cet ordre correspond à leur éloignement par rapport au Soleil, tout dépend à quel moment de l'année il souhaite commencer son trajet. Mais insistons sur le fait que sur Mercure, gare aux coups de Soleil ! Il n' existe pas d'atmosphère mercurienne, encore moins de couche d'ozone pour vous en protéger.



J'ai pas pris la ligne vingt et une
Y avait trop de monde sur la lune
Il fallait descendre à l'azure

    Cela fait 37 ans que plus personne n'a mis le pied sur la lune, donc il n'y a aucune chance qu'il y ait trop de monde ! Et jusqu'à preuve du contraire, on n'y a pas encore décelé la présence d'êtres extra-terrestres...

Et toi où es-tu dans l'espace
Attends je n'entends plus je passe
Dans un tunnel d'astéroïdes

    Bien que les ondes électromagnétiques se propagent parfaitement dans l'espace, s'il n'y a pas d'antenne relai à proximité du narrateur, donc pas possible de téléphoner.

Tu disais avant le trou noir
Que tu n'irais pas voir ce soir
Ta sœur et son mari trop ivre

    Eviter de se promener trop près d'un trou noir car l'attraction y est si forte qu'il y aspire tout ce qui passe à sa portée. De plus, on ne peut pas voir de trou noir puisque par définition, le trou noir aspire tout, meme la lumière ! D'ailleurs, il est absolument impossible qu'il y ait un trou noir dans notre système solaire, on ne serait pas là pour en parler, le plus proche étant à 30 000 années lumière...

On pourrait se rejoindre
J'ai des rêves à te peindre

Retrouve moi rue des étoiles
La deuxième après Jupiter
Je connais un endroit pas mal
D'où l'on peut voir tout l'univers

Retrouve moi Rue des étoiles
Pas loin du Boulevard de l'éther
A bord de mon vaisseau spatial
On se rappellera la mer


   Pour lire l'étude scientifique du refrain, rendez vous demain sur votre blog préféré !



(*) "Toi + moi" a donc la particularité d'être le 1er extrait du 1er CD du 1er chanteur entièrement produit par les internaute.

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 15:15

   Contrairement à ce que l'on pourrait croire en lisant le titre de ce nouvel article tant attendu (*) nous n'allons pas parler des combinaisons vinyle et latex. Pour les amateurs, rendez-vous à votre sex shop le plus proche et fournissez-vous. Nous, ici, allons parler d'un autre usage du vinyle, celui servant à la fabrication des disques. Certes, les jeunes lecteurs de moins de 20 ans de ce blog peuvent avoir du mal à imaginer qu'à une époque on pouvait écouter de la musique gravée sur des supports autres que i-pods ou CD pour les plus ringards, mais sachez qu'à une époque on écoutait de la musique inscrite sur de grands CD noirs avec un tout petit ou grand  trou au milieu !

   Il y a eu les 78 tours, des galettes noires qui tournaient à la vitesse de 78 tours par minute. Puis on est passé à 33 tours par minute avec des disques de 25 cm de diamètre. Puis pendant 30 ans nous eûmes 2 sortes de disques : Les 33 tours, passés de 25 à 30 cm de diamètre pour les albums (8 à 14 chansons en moyenne), les 45 tours (17 cm de diamètre) qui contenaient 4 chansons pendant les années 60 puis seulement 2 à partir de 1969. Vers la fin des années 70 durant la prériode disco, on a même vu paraître des disques vinyle en couleur !

   Puis est arrivée l'ère du CD où la musique était inscrite de manière numérique et non analogique comme sur les vinyles au grand dam des aficionados de l'ancien support, reprochant aux CD d'avoir un son très froid et mettant peu en relief les basses. Leur désespoir venaient aussi du fait que la petite taille des CD les privait de la joie qu'il avaient d'en admirer la pochette et toutes ces subtilités. Autrefois, ramener un 33 tours à la maison était une véritable fête. La musique qui y était inscrite, autant que l'objet faisait la joie de petits et grands. Avec le CD, la packaging est devenu beaucoup moins attrayant (bien que la formule digipack (pochette cartonnée) soit beaucoup plus agréable que le boîtier cristal (boîte plastique transparente typique du CD).

   Pourtant, le vinyl n'est pas mort. La plupart des albums qui sortent actuellement sont également pressés en vinyle 33 tours pour les nostalgiques du format. De même que de nombreux titres des années 60 à 80 ont été réédités à l'identique. Certains groupes musicaux poussant le vice jusqu'à éditer leurs productions QUE sous format vinyle (**) faisant la plus grande joie des collectionneurs.

   Ce sont ces mêmes collectionneurs qui se retrouveront dimanche prochain à l'Autre Canal à Nancy pour la bi-annuelle Foire aux Disques organisée par l'association "Mets des disques" Présidée par le sympatique et convivial Médéric, patron du magasin "La Face Cachée" rue des Allemands à Metz, boutique de... Vinyles neufs et d'occasion tous styles confondus.

   Votre serviteur aura également la chance de tenir un petit stand à cette Foire aux Disques, mettant à la vente quelques vieilleries vinyles (33 et 45 tours), polnarefferies et autres magazines d'époque genre "Salut les copains". Parmis ces pièces de collection, vous pourrez également y dénicher une modernité, à savoir mon fabuleux CD "12 Petits Chants" ! Vous pourrez également passer pour débattre d'un sujet qui vous a intéressé sur ce blog quel qu'il soit. Maintenant une page de publicité :

Foire aux disques
Dimanche 4 octobre 2009
L'Autre Canal
Boulevard d'Austrasie -
54000 NANCY
10h - 18h

   Pour la petite histoire, les férus de disques de collection appellent cela des "skuds". Pourquoi ce mot ? On pourrait croire que lorsqu'un disque puissant arrive sur votre platine, ce disque fait l'effet d'un bombe, mais ce n'est pas exactement vers cette piste qu'il faut s'orienter. La réponse se trouve du côté du verlant consistant à inverser les syllabe et garder le début de la dernière syllabe. Voici quelques exemlples :

Vrai  mot
  Inversion des syllabes
  Amputation éventuelle de la dernière syllabe
  Mot résultant, nouvelle orthographe
femme mme-fe mme-f meuf
flic que-fli que-f keuf
bête te-bê te-bé teubé
branché ché-bran ché-bran chébran
disque sque-di sque-d
skud (prononcer à l'anglaise)


   Je vous donne donc rendez-vous à la foire aux skuds !  


(*) 11 jours d'attente, c'est insoutenable j'en conviens, mais la rédaction n'était pas en mesure d'assumer ses fonctions durant ce laps de temps.

(**) Tels que THE SWAMP, groupe rock strasbourgeois

Partager cet article

Repost0