Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Cliquez sur "J'aime" !

8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 13:49

    Il y a bien longtemps que nous n'avons pas publié d'anecdotes croustillantes sur ce blog. Pour rattraper ce retard, en voici une bien bonne qui s'est déroulée à Paris en 1387. Et nous pouvons dire qu'elle est croustillante autant au sens propre qu'au sens figuré. 

   Nous sommes en 1387 à Paris pas loin de Nostre Dame plus précisément au 12 rue de la Chanoinesse. Depuis quelques mois, on déplore la disparition d'étudiants étrangers logeant chez les chanoines du quartier, ce qui n'inquiétait pas leur entourage outre mesure sachant qu'à l'époque il étant tellement banal de se faire trucider dans les rues mal fâmées de Paris.

    Un jour, le chien d'un de ceux-ci originaire de ce qui est actuellement l'Allemagne (les échanges erasmus n'existaient pas encore à l'époque) provoqua l'alerte en aboyant de façon intempestive des jours durant aux portes d'un barbier situé à l'adresse indiquée et l'on eût tôt fait de découvrir le pot-aux-roses :

    Le barbier en question avait fait un deal macabre avec le pâtissier voisin. Il égorgeait certains de ses clients pour ensuite revendre à bon prix leur corps au pâtissier voisin qui récupérait la viande pour en faire de délicieux pâtés en croûte dont les riverains étaient très friands. Les corps sans vie étaient livrés via une trappe qui faisait communiquer les deux établissements.

   En apprenant la nouvelle, certains clients en moururent de dégoût  réalisant qu'ils étaient devenus involontairement cannibales et les deux complices furent brûlés vifs. Par contre leurs corps calcinés ne furent pas récupérés pour servir de matière première à de délicieux mets. Leurs maisons respectives furent rasées et les emplacements restèrent nus pendant plus de 100 ans, mais cela n'a aucun lien de cause à effet par rapport au fait que cette histoire s'est déroulée pendant la guerre... de 100 ans.

Partager cet article

Repost 0
Published by Julien Petitjean - dans Insolite
commenter cet article

commentaires

LOUANCHI 12/07/2013 11:45



HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE  :

lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news


En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de
Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du
village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions
hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un
seul aujourd'hui se décide à parler.


35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de
ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi
joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)
Interview du 26 mars 2012
sur radio-alpes.net

Lady Chester 09/08/2012 11:03


Tu devrais proposer cette histoire à Tim Burton, ça lui plairait bien, j'en suis sure. Et je pense même que Deep pourrait prendre le rôle du barbier...