Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Cliquez sur "J'aime" !

16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 13:54

   Laurent Voulzy ne se fout-il pas un peu de notre gueule ? Avec son habitude de nous faire patienter une éternernité entre chaque production, voilà qu'il nous sort en à peine 2 ans, 2 albums de reprises qui, c'est regrettable, ont  un succès phénoménal.

   7e VagueVoulzy décide de nous faire découvrir les chansons qui l'ont le plus marqué au cours de sa jeunesse parmi lesquelles "Santiano", "Derniers baisers" ou "A bicyclette". Malgré une interprétation plate dont il a le secret, on se dit pourquoi pas, ce n'est qu'une parenthèse. Toujours est-il que ce disque dont il n'a pas composé la moindre chanson (sauf une) fait un carton sans précédent, alors à quoi bon écrire de nouvelles chansons ? Certes on peut considérer que interprétées d'une façon intéressante, les chansons peuvent trouver un nouveau relief, mais c'est loin d'être le cas avec Laurent Voulzy qui leur donne plutôt un petit côté soporifique, je préfère encore me tourner vers des albums comme "Soul" de Seal.

   RecoLLection : Fort du succès de 7e vague, Voulzy a compris qu'il tenait le bon filon et récidive avec RecoLLection (*) un album lamentable où Laurent pratique une auto-satisfaction nombriliste en fêtant les 30 ans de Rockollection son premier et plus grand tube sorti en 1977 s'offrant lui même ce cadeau d'anniversaire d'un goût douteux où il nous raconte sa vie avec l'incessant lightmotiv "ainsi va la vie..." en l'entrecroisant de bouts de chansons qui l'ont accompagné au cours de sa vie. Album complètement décousu avec quelques nouvelles compos qui sentent la "chanson de remplissage" typiquement Voulziesque alternant les phrases en français et en anglais pour faire la jonction avec d'interminables medley mêlant les Beatles, les Stones et leur homologues. On reconnaît Paint it black, California Dreamin', Video killed the radio stars, Substitute, Every breath you take, No Milk Today, Good Vibrations, Moonlight shadow, l'amour avec toi, pour finir avec un interminable On the road again qui se clot par quelques bulles Jeanmicheljarresques... Le tout parsemé de nombreux remakes de Rockollection ou Lolo tourne en rond dans ses états d'âmes sur plusieurs périodes de sa vie. Difficile d'écouter l'album jusqu'au bout sans être pris d'une envie de jeter le CD par la fenêtre ! A priori, avec Laurent Voulzy on a les mêmes goûts musicaux puisqu'il reprend quasiment que des morceaux que j'affectionne, mais je préfère acheter une bonne vieille compil avec les titres originaux ! Niveau pochette, autant pour 7e vague, la pochette était plutôt réussie et donnait envie, autant celle de RecoLLection est un quasi Copier Coller de la pochette d'origine et un 77 inversé qui replace des 2 "L"...  tout ça pour sembler dire fièrement "Vous voyez, en 30 ans j'ai pas beaucoup changé!". En tout cas, la bonne formule pour se faire du fric est trouvée puisqu'à nouveau avec cet album, c'est un carton, optimisant ainsi le ratio gain/effort accompli.



   Pourtant, qu'on aille pas dire que je n'aime pas Laurent Voulzy, j'ai même une cassette de lui ! J'adore "Le coeur grenadine", "Rockollection", "Liebe" ou "Karin Redinger" je suis même allé le voir en concert lors de sa tournée "Avril", c'est seulement après que ça s'est gâté...

   Alain Souchon son éternel complice lui, préfère la constance et l'originalité, égal à lui même depuis 35 ans, il signe avec "Ecoutez d'où ma peine vient" un très bel album, bien que sans Vouzy (qui préparait justement RecoLLection !), comme quoi...



 


(*) Heureusement qu'il ne l'a pas appelé 8e vague !


Partager cet article

Repost0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 17:59

   On croyait la dodécalogie consacrée aux 5 ans des 12 Petits Chants terminée mais que nenni ! Il restait un morceau, disponible dans les pistes cachées du CD, autrement dit, disponible uniquement sur l'objet CD c'est pourqoi je ne l'ai pas mis en ligne ici. Dans les autres pistes cachées, on peut citer quelques passages radio ainsi que des morceaux indédits comme Proutos (instrumental, mais que avec des instruments à vent). On peut également écouter quelques extraits  de mon bloc note sonore ou je prends note des idées qui me viennent pour de nouvelles chansons.

   Les pistes cachées du CD sont une sorte de making of comme il est trés tendance de faire de nos jours.

    Mais quelle est l'origine de cette Chanson du Flemmard ? Je ne sais plus trop de quand elle date, vers 1990 je crois, elle m'est venue d'une seule traite, paroles et musique,  pendant mon sommeil. Je l'ai notée dans un cahier pendant la nuit pour être sûr de me souvenir d'un tel chef d'oeuvre le lendemain ! Ceci est en contradiction avec ce qu'on peut entendre dans cette interview clip ou je me la pète grave :

 


   C'est une chanson que j'avais intégrée à mon 1er CD (exemplaire unique qui s'appelait "Insolite"). Pour en revenir à l'émissionde Radio "Envoie la Sauce" dont je vous ai parlé dernièrement à plusieurs reprises, cette chanson avait donné lieu pendant quelques temps à une sorte de rubrique : Dans l'émission, toutes les semaines étaient invités un ou plusieurs artistes de la scène locale à qui on faisait passer le Test Julien Petitjean. Les animateurs diffusaient La Chanson du Flemmard et les invités devaient exprimer leur ressenti sur le morceau et ça partait toujours dans des délires pas possibles. Quelques extraits radiophoniques de ce tests sont également disponibles dans les pistes cachées (piste CD-ROM en Flash) du CD 12 Petits Chants.

   Aujourd'hui encore, et à mon grand regret, des gens m'associent à cette chanson. Faisant totale abstraction du reste de mon oeuvre abondante. C'est un peu réducteur, mais finalement je me dis que j'ai au moins une chanson qui les a marqué... N'est-ce pas l'objectif de tout chanteur ?

 


 


NOTE IMPORTANTE : A l'occaion des 5 ans de la sortie de mon cédé 12 Petits Chants Je lance un GRAND CONCOURS : Pour chaque billet correspondant à une chanson du cédé (par exemple aujourd'hui : "La chanson du flemmard"), celui qui me postera le meilleur commentaire gagnera un exemplaire CD de 12 Petits Chants. Prenez garde toutefois de me laisser votre adresse mail afin que je vous recontacte pour savoir où envoyer le cadeau ! Par contre, interdiction de gagner 2 fois le CD.


      Ceux qui souhaitent faire l'acquisition du CD 12 Petits Chants hors concours devront cliquer ici. Par contre, vu que c'est Noël, les frais d'expédition sont GRATUITS et le chèque doit être d'un montant de 10 € seulement. 

 

Partager cet article

Repost0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 16:29

   Le prince de la pop (je dirais plutôt de la funk mais ça n'engage que moi) va faire paraît-il son come back après avoir boudé la scène pendant 12 ans. Une conférence de presse jeudi dernier et une heure et demie d'attente pour une apparition de quelques minutes devant un public hystérique d'un zombie bredouillant quelques mots confirmant la rumeur comme quoi son retour est bien prévu à partir du 8 juillet pour 10 concerts d'adieu au Music Hall dans la gigantesque salle O2 à Londres, 20 000 places alors qu'il y a quelques semaines les rumeurs sur son état de santé étaient des plus alarmantes. 

   Encore un caprice dont plus personne ne lui tient rigueur tant ses apparitions sont devenues rares. De part ses tribulations toujours démeusurément ampifiées par la presse, le prince de la funk ne perd pas une occasion de faire parler de lui, si bien qu'au final, on aura plus entendu parler de lui pour ses frasques que pour sa musique.

   Ayant suffisamment de réserves pour sortir son carnet de chèque et sortir blanchi (*) d'une histoire de tripotages en série de garçonnets, sans parler de procès en relation avec de sombres histoires de
droits d'auteur, notamment avec l'auteur du clip de Thriller, notre prince de la funk est de retour sur scène pour éponger ses dettes qui se monteraient à 100 000 000 £ (**).  Les places sont en vente depuis le site officiel du come back à partir du vendredi 13 (***)  mars 2009.  Les prix des places restent pourtant tout à fait accessibles (3 tarifs : 50, 65 ou 75 £)

    Avant la série de concerts prévus, une vente aux enchères est prévue prochainement pour mettre à disposition des fans des objets personnels du chanteur gris (****) né la même année que la Motown (1958). Parmi les trophées possibles, il y a sa collection privée de bornes d'arcade (un R-360, un Beach Head VR, un WWF Royal Rumble, un Jambo Safari DX, etc... ). Il n'a parait-il décidé de ne garder qu'un Atari 2600 avec le jeu E.T... 

   Des rumeurs laissent entendre que Bambi ne sortira plus de nouvel album, le dernier resterait alors définitivement Invincible (2001) le bide de sa carrière avec 12 000 000 d'exemplaires vendus.   Sachez tout de même que Thriller (1982) reste l'album le plus vendu de tous les temps avec 108 000 000 copies écoulée à travers le monde. Sur le podium, en 2e position on trouve AC/DC avec "Back in Black" (yeeeeeh !!! 42 000 000 d'exemplaires) à peu près ex aequo avec la BO du film "The Bodyguard" (beuuuuuurk!!!! environ 42 000 000 d'exemplaire également )

       
 1 - Michael Jackson "Thriller"    2 - AC / DC "Back in Black"    3 - Whitney Houston "B.O. The Bodyguard"

   Chez nous, c'est Johnny Hallyday qui fait ses adieux à la scène cette année. Pour le reste du monde, c'est Michael Jackson. Choisissez votre camp et place à la relève !


(*) à tous les sens du terme !
(**) Soit 112 000 000 €
(***) Détail qui n'est sans doute pas laissé au hasard !
(****) cf le sketch des inconnus sur Stéphanie de Monaco

Partager cet article

Repost0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 07:59

   Le saxophoniste de Manu Dibango est fou de rage. Souvenez vous, l'album Thriller de Michael Jakson au début des années 80 commençait par un morceau qui s'appelait "Wanna be strating something" et qui reprenait ouvertement les choeurs d'un morceau célébrissime de Manu Dibango daté de 72 appelé Soul Makossa, vous savez, le fameux "Mamassé Mamassa Mamma Kossa...". Seulement voilà à l'époque Michael Jackson avait oublié par inadvertance de créditer Manu Dibango sur l'album Thriller ! Manu Dibango fou de rage porte plainte contre le chanteur gris et empoche une somme confortable en guise de dédommagement.

   Ils auraient pu en rester là, seulement un quart de siècle plus tard, la chanteuse naine Rihanna à son tour pompe le thème principal de son nouveau tube Don't stop the music sur... Michael Jackson (qui lui même l'avait pompé sur Manu Dibango vous suivez ?)

   Alors voilà, fallait-il mieux demander l'autorisation à Michael Jackson sachant qu'il avait payé son dû à Manu Dibango ou fallait-il plutôt directement demander l'autorisation à Manu Dibango sachant qu'il était le véritable auteur du motif ?

   Toujours est-il qu'à nouveau, Manu Dibango, fou de rage assigne en référré la maison de disques de Rihanna (et inutile de vous dire qu'en toute objectivité, je le soutiens pleinement dans cette entreprise !) Les détails de l'affaire en cours sont accessibles en cliquant sur le lien suivant :

http://tf1.lci.fr/infos/people/0,,4259456,00-plainte-contre-michael-jackson-manu-dibango-deboute-.html

   L'objectif de mon article n'est pas de paraphraser ce qui est déjà écrit sur les sites d'information, mais d'illuster le propos en question par des éléments concrets à savoir des extraits musicaux de chaque oeuvre dont il est question ici afin que vous vous fassiez vous même une idée de qui qui (*) a raison dans cette histoire :
     

  Manu Dibango

  Mickael Jakson

  Rihanna

 

 

1972

 

 

1982

 

 

2008


   Alors quand Rihanna braille à tue tête "Don't stop the music", j'ai envie de lui dire "Ben si connasse, j'ai bien envie de la stopper ta musique !"


(*) Et sachez que Kiki c'est le Kiki de tous les Kikis

Partager cet article

Repost0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 12:00

   Je vais sans doute me faire pas mal d'ennemis aujourd'hui en mettant à l'honneur un chanteur de droite, mais qu'importe, j'aime bien me faire l'avocat du diable.

   Johnny Hallyday a toujours su s'entourer des auteurs les plus en vogue du moment pour lui écrire ses tubes. On a pu voir des gens comme Michel Berger, Jean-Jacques Goldmann, Stephan Eicher, Gerald De Palmas et aujourd'hui Grand Corps Malade pour endosser ce rôle.

   Mais j'ai eu la stupéfaction d'apprendre récemment que Johnny avait participé (paroles et/ou musique), depuis ses début à un peu plus de 100 de ses chansons, notamment un album complet écrit de sa main appelé "Johnny chante Hallyday" paru en 1965 à son retour du régiment ! (en collaboration avec Gilles Thibaut et quelques autres auteurs de l'époque). En annexe, le tracklisting de l'album.

   Sinon, parmi les tubes les plus connus pour lesquels notre célèbre rockeur a participé, on peut citer : "La musique que j'aime", "Hey lovely lady" (proposé en extrait sonore), "Cheveux Longs, idées courtes"(*) et "Né pour vivre sans amour" (Prononcez : "Né pour vivre sans amuuuUUUuur" !). 
  
   Je n'ai trouvé qu'un seul morceau entièrement signé Johnny Hallyday, mais il semble que la paternité totale lui ai été attribuée à cause que (c'est du bon français ça ?) il s'agit d'un mix dans lequel on a samplé des bouts d'interviews de Johnny. Je n'ai jamais eu la chance d'entendre ce morceau (figurant sur l'album "Johnny Lounge" regroupant des mixages insolites de ses propres tubes), ce qui aurait été très utile pour écrire cet article alors Johnny, si tu nous écoutes...

   En consultant la liste des chansons co-signé de Johnny on note que les co-auteurs de Johnny sont à maintes reprises Jil & Jan (**) au tout début des années 60 et un certain Michel Mallaury (***) pendant les années 70.

   Autre débat ; Johnny sait-il jouer de la guitare ? Au cours de mes recherches, j'ai pu trouver qu'en 1962, Johnny a enregistré un morceau intitulé "Last Night" dans lequel il tenait la guitare solo ! D'autre part, sachant qu'il a composé ou co-composé quelques une de ses chansons, on est en droit de supposer qu'il sait gratouiller quelques accords.

   De là à dire que Johnny est un grand parolier ou un grand compositeur serait très exagéré. Néanmoins, que l'on aime Johnny ou pas, on ne peut lui retirer ses qualités d'interprête sans quoi il ne serait pas ce qu'il est, et ce depuis... 50 ans ! A part Charles Aznavour, peu de chanteurs peuvent se targuer d'avoir su bâtir une carrière aussi longue de succès ininterrompu...

 

 


   La prochaine fois : Réhabilitons Michel Sardou !
 


 

(*) En hommage à Antoine
(**) Surtout ne pas confondre avec Jules et Jim !
(***) Surtout ne pas confondre avec Mallaury Nataf !


 
ANNEXE

Pour les fans qui veulent aller plus loin, je propose ces liens :

http://myhome27.over-blog.fr/article-13186688.html
http://rouk1.unblog.fr/page/2/

  Johnny Chante Hallyday - 1965

01. Mon Anneau D'Or (GILLES THIBAUT - JOHNNY HALLYDAY)
02. Tu As De La Chance (GILLES THIBAUT - JOHNNY HALLYDAY)
03. Toi Qui T'En Vas (JOHNNY HALLYDAY - GILLES THIBAUT)
04. Le Diable Me Pardonne (JOHNNY HALLYDAY - GILLES THIBAUT)
05. Ne Crois Pas Ca (J. SETTI - G. THIBAUT - JOHNNY HALLYDAY)
06. Un Jour Ou L'Autre (GEORGES ABER - JOHNNY HALLYDAY)
07. Tu Oublieras Mon Nom (GILLES THIBAUT - JOHNNY HALLYDAY)
08. A Deux Heures De Chez Toi (RALPH BERNET - JOHNNY HALLYDAY - EDDIE VARTAN)
09. Avec Une Chanson (H. WAYAFFE - JOHNNY HALLYDAY)
10. Je Bois A Sa Santé (GILLES THIBAUT - JOHNNY HALLYDAY)
11. Ne Joue Pas Ce Jeu-Là (GILLES THIBAUT - JOHNNY HALLYDAY)
12. Dis A Mon Frère (LONG CHRIS - JOHNNY HALLYDAY)

Partager cet article

Repost0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 19:19

    Tous les jours, de nouveaux artistes portant l'étiquette "Nouvelle scène française" viennent s'ajouter à la longue liste, notamment chez la gente féminine. Entre Yoanna, La Grande Sophie, Emilie Bold, Céline Ollivier, Marina Vénache, Anaïs, Jeanne Cherhal, Valérie LeulliotRose, Berry, Pauline Croze, Mell, CamilleSandrine Kiberlain, Joan Polis, Loane, Elisa Tovati, OshenKeren Ann, Etyl, Zoé, Olivia Ruiz, Alice s'émerveille, Zaza Fournier, Cristina Marocco, Louisa Baile, Mélo, Pauline, BabetClaire Mazzochi, Emilie Simon, Adrienne Pauly, Daphné, Emily Loizeau, Alifair, Marianne Feder, Amélie les crayons, JU'L, Coralie Clément, Marie Cherrier, Carine Erseng, Clarika, Les Sales Fées et j'en oublie, je vous avoue que je ne m'y retrouve plus. Dernière en date : Claire Denamur. Je ne sais pas si elle est effectivement de Namur car impossible de trouver la moindre info sur elle sur la toile mis à part les prochaines dates qui s'enchaînenet à une allure marathonesque(*).

   Une petite bonne femme écrasée sous une abondante mèche de cheveux, brandissant presque maladroitement une énorme guitare pour vous raconter, mi-innocente mi-désabusée, des histoires de coeur qui sentent le vécu. Non pas que cela soit d'une originalité extrême, mais un petit grain dans sa voix cassée qui nous dit qu'avec son ton malicieux, elle ira loin. On y découvre tout sur les relations hommes / femmes sans plonger ni dans le cul-cul-la-praline, ni dans un féminisme à la Lynda Lemay ni même dans les omniprésents second degré et autodérision dont se revendiquent la plupart des membres de la liste ci-dessus. Claire dit ce qu'elle ressent de manière brute, sans s'encombrer d'artifices mis à part une petite touche d'humour.

   La chanson phare, c'est "Le prince charmant" chanté sur un rythme country-folk. La 1ère fois que je l'ai entendue à la TV, la belle semblant plus se concentrer sur la qualité de l'interprétation par un phrasé très particulier que sur l'ar-ti-cu-la-tion j'ai pas tout compris des paroles à part "batracien", "prince charmant", si bien que je pensais qu'il s'agissait d'un remake à la sauce actuelle de Cendrillon comme l'avait fait en leur temps Téléphone ! Mais que nenni. Son homme (ou ex je suppose) avec qui tout est rose au début, se transforme en un être indifférent et goujat qu'elle compare à une méchante grenouille. Je ne vous en dis pas plus et vous laisse écouter ce titre et 3 autres sur son MySpace, seul endroit où vous pouvez les écouter intégralement, contrairement au
site officiel dans lequel je dois avouer que, outre le magnifique portrait de l'artiste réalisé par Cédric Rivrain, les photos de Loïc Bousquet et les dates des prochains tours de chant, on ne trouve pas encore beaucoup de contenu. Mais le dépouillement semble être la principale des caractéristiques de Claire Denamur, pour que nous puissions entrevoir que l'essentiel, et d'autant plus le savourer.

   L'album sort le 23 février 2009. Retenez bien ce nom : Claire Denamur.

 



(*) Ah si, autres infos : Elle a 24 ans, elle est d'origine Franco-Ukraino-Argento-Hollandaise et elle a passé son adolescence en Amérique du Nord !

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 12:54

   S'il est bien un événement qu'on attend avec impatience en chaque début d'année, c'est bien les NRJ Music Awards, qui récompense nos artistes musicaux favoris à nous les djeun's, ou plus précisément ceux avec lesquels on nous a le plus matrqué la cervelle sur NRJ.

   Pour cette cérémonie grotesque allant de pair avec la Starac', le rôle du maître de cérémonie ne pouvait être endossé avec brio(*) que par un Nikos Alliagas (notre photo) au meilleur de sa forme, et ce fut la cas hier soir !

 

    Ce matin, la toile relate à l'infini une grosse boulette dont des millions de téléspectateurs ont été témoin, faisant porter le chapeau à notre Nikos International alors que le pauvre n'y était probablement pour rien, mais vu qu'il est la figure de proue de toute l'équipe organisatrice de l'événement, il fallait un bouc émissaire aux yeux du public et c'est tombé sur lui, déjà habitué des gaffes en tous genres à la Starac'(**).

  Pour ceux qui n'ont pas suivi l'histoire, je résume : C'est au tour de la Chanson Internationnale de l'Année (CIA) de recevoir son trophée. Les Pussicat Dolls, un groupe de fille qui déchire sa race, déchirent l'enveloppe pour découvrir le nom de Katy Perry (pour la chanson "I kissed a girl". Ladite Katy Perry arrive fièrement sur scène et remercie tout le monde avec comme music de fond... Rihanna (avec "Disturbia") !

   En fait le prix était décerné à Rihanna, mais l'enveloppe contenait le nom de Katti Perry ! Pauvre Nikos, il ne savait plus où se mettre !

   Dommage qu'il n'y ait pas NRJ Music Award de la boulette de l'année, car en 2009, elle aurait été décernée à l'unanimité à l'équipe des NRJ Music Awards !

   Remarque Post Scriptum : Conséquence insolite de cette boulette, notre ami Nikos est devenu en quelques heure une véritable célébrité aux Etats-Unis ! Plus d'éléments sur ce lien :

http://www.exclusifpeople.com/article-26952742.html
 



(*)  Je vous raconterai un peu plus tard qui est brio.
(**) On ne les compte plus. Tenez par exemple : Le jour où des élèves de la Starac' ont chanté "La Mamma" de Charles Aznavour, Nikos n'a pas trouvé mieux que de dédicacer la chanson à toutes les mamans du monde alors que cette chanson raconte... La mort de la Mamma ! Une autre fois, en parlant d'Hervé Villar, chanteur vivant : "Il est toujours vivant dans nos mémoires"...

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 11:59

   A défaut de talents de compositeur, je dois avoir des dons de devin, jugez plutôt : Tout d'abord relisez l'aticle où est expliqué le pourquoi du comment : Mozart II le retour.

   Les résultats du concours sont arrivés, et comme je l'avais prédit, eh bien j'ai perdu ! Nous étions 74 prétendants. Il y a d'abord eu un premier écrémage pour sélectionner 30 prétendants qui tenaient la route. J'étais pas dedans, je l'avait prédit un mois avant ! Quelle talent ! Puis, eut lieu une 2e sélection plus rude où seuls 3 prétendants ont été isolés. Vous pouvez les admirer sur cette page :

http://musique.sfrjeunestalents.fr/?f=1


   Le premier (de gauche à droite), Nicolas Luciani a fait un très beau travail, tout à fait dans la veine de "Tatoue Moi" qu'on entend souvent à la radio, extrait de la comédie, peut être même un peu trop. Joli travail vocal rappelant un Freddie Mercury période "Bohemian Rhapsody"

   Le 2e, BRAIN-OUT, caresse un peu moins les compositeurs de la comédie dans le sens du poil. Avec son rythme syncopé et ses arpèges électroniques, on imagine mal le morceau prendre sa place dans un opéra rock sur Mozart, mais là est justement l'intérêt. C'est le plus intéressant musicalement des 3 à mon goût.

   Le 3e, Rémi DESROQUES est un peu plus pop rock à la sauce actuelle vue et revue. Ces 3 prétendants ont réalisé un travail très propre, très pro. Ils ont l'air de bien connaître les ficelles du métier.

   Pourtant, parmis les 69 prétendants, même si je n'ai pas tout entendu de ce qu'ont produit mes rivaux, je peux vous affirmer que j'ai entendu de très belles choses. Certaines, malheureusement, avaient une qualité d'enregistrement qui mettaient peut être un frein pour aprécier leur qualité de compositeur qui était pourtant censé être le critère premier. 

   Il n'y a plus qu'à attendre le nom du gagnant du trophée, qui est, je vous le rappelle, de voir sa composition utilisée dans le vrai "Mozart, l'opéra Rock"...

   Après tout, je m'en fous d'avoir perdu, car non seulement je l'avais prédit, mais j'ai déjà composé des musiques pour une comédie musicale. Vous ne voulez pas me croire ? Alors cliquez sur ce widget (ci-dessous) pour l'écouter, et rendez vous sur Cette page pour connaître l'histoire : Cette page


   Tout ça pour dire que, faute d'être le futur Mozart, je suis peut être le futur Madame Soleil. Mais je dois vous laisser, on vient de sonner, mais... Qui Diable cela peut il bien être ?

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 13:30

   Il y a quelques mois, j'entends à la radio un titre (This is the life) que je croyais être chanté par Shakira. Un peu plus tard, j'apprends que ce n'est pas Shakira qui l'interprête mais une certaine Amy Mc Donald's. Je ne sais pas du tout si elle est de la famille de Ronald Mc Donald's, mascotte des restaurants gastronomiques du même nom, mais il y a des chances. (Espérons quand même qu'elle n'y aille pas trop souvent !)

 

 Amy Whinehouse

 Amy Mac Donald's

 Ronald Mac Donald's


   Peut être qu'elle est aussi la soeur de Amy Whinehouse, mais là ça serait plutôt une soeur ennemie vu qu'elles sont concurrentes. On peut donc supposer qu'elle va bientôt se renommer Ennemy Whinouse. Il faut bien assurer la relève car Amy Whinhouse n'est plus très opérationnelle ces derniers temps et son état de santé ne donne pas cher à parier de sa peau. Vous me direz, c'était le cas de Britney Spears qu'on croyait totalement HS il y a quelques mois,  mais on l'a vue renaître de ses cendres Noël dernier telle le Phénix. (regardez le clip de Womenizer pour vous en convaincre !)

 

   

 Shakira

 Beyoncé

 Britney Spears


   Pour conclure subtilement et pour revenir à nos moutons, je dirais que je déconseille à Shakira et à Amy Mac Donald's de faire un duo ensemble car on serait incapable de distinguer qui chante quoi. On se consolera avec le duo Shakira/Beyoncé, et si vous préférez les chanteurs français, cliquez ici.

   Ah, j'allais oublier de vous mettre un lien vers le titre - This is the life - dont il est question en début d'article, vous jugerez vous même si on dirait ou non du Shakira :

 

 



Partager cet article

Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 13:13

   Il existe de nombreux portraits de Mozart. Mais n'avez vous pas remarqué la particularité insolite qu'aucun d'entre eux ne se ressemble ? Certes on retrouve certains traits communs (yeux globuleux, face de rats, boule au bout du nez...) plus ou moins mis en évidence en fonction des portraits, mais l'expression du visage est à chaque fois très différente, ce qui fait qu'on a énormément de mal à se l'imaginer en vrai.

 

   Tout ce que l'on sait c'est que Mozart était petit, très mince, avait une grosse tête par rapport au corps et avait un teint très pâle, maladif. De plus, sa peau portait les séquelles d'une variole contractée à l'âge de 12 ans et qui faillit l'emporter (mais Dieu merci, il survécut !).

   Il existe cependant 2 portraits dont on sait qu'ils sont très ressemblants. Par exemple le portrait anonyme, dit "Mozart de Bologne" (reproduction ci-dessous), et dont le père de Mozart (Léopold) a dit
« Malerisch hat es wenig wert, aber was die Ähnlichkeit anbetrifft, so versichere ich Ihnen, daß es ihm ganz und gar ähnlich sieht. »(*1)

 

Mozart de Bologne (21 ans)

 

Mozart de Doris Stock (34 ans)



   Un autre portrait signé Doris Stock (reproduction ci-dessus) est réputé pour être l'un des plus ressemblants du génie mort trop tôt. Il faut donc se fier à ces deux portraits si l'on veut imaginer le vrai visage de Mozart, par contre, ils ne se ressemblent pas, d'autant moins qu'ils ne le représentent pas sous le même angle ni au même âge...

   On aurait pu également avoir certains indices sur le visage de Mozart grâce au fameux crâne qui a été récupéré dans sa tombe(*2) et qui s'est transmis de génération en génération. Malheureusement, des tests d'ADN récents (par comparaison avec des cellules issues des ossements de ses parents) ont prouvé qu'il ne s'agissait pas du vrai crâne de l'artiste...

   Autre faux espoir dans la quête du vrai visage de Mozart : Le masque funéraire. En effet à l'époque, on faisait systématiquement des masques funéraires des morts. Il en a donc été fait un de Mozart qu'a conservé Constanz Weber (sa veuve)... jusqu'à ce que cette connasse le fasse tomber le brisant en mille morceaux... De toutes façons, à sa mort, le visage de Mozart était, parait-il tuméfié par la maladie et méconnaissable. Toujours est-il que ça aurait été tout de même intéressant de conserver ce masque intact jusqu'à nos jours, cela ne pardonne donc en aucun cas la maladresse de cette bécasse de Constanz.

20 ans

77 ans


   Injustice de l'histoire : On connait le visage de Constanz ! On a en effet une photographie unique où elle apparaît, 2 ans avant son trépas. De plus les portraits de la bécasse, jeune, sont tous similaires. On reconnaît aisément son visage sur la photo d'elle vieille en comparant avec les portraits d'elle jeune.

    D'autres compositeurs, tels que Beethoven ou Schubert ont laissé une plus grande cohérence sur les portraits d'après modèle vivant qu'on a fait d'eux. La ressemblance de leurs portraits avec leur masque mortuaire est évidente. Nous étudierons cela dans un prochain article consacré aux masques mortuaires.

   On ne saura donc jamais, bien qu'on sache qu'il devait avoir une sale gueule,  quelle tête avait Mozart. Heureusement qu'en compensation, il nous a laissé une oeuvre riche et demeurée, elle, intacte ! (*3)

Pour en savoir plus sur le propos, je vous invite à aller visiter les 2 liens suivants :

 



(*1) C'est de l'Allemand, ça veut dire : « C’est une œuvre d’art de valeur médiocre, mais je peux vous assurer que du point de vue de la ressemblance, elle est parfaite. »

(*2) Le corps de Mozart, contrairement a ce qui a souvent été dit n'a pas véritablement été jeté en vrac dans une fosse commune, mais dans un casier (bien qu'anonyme) où l'on enterrait les morts à l'époque à Vienne. Un fossoyeur ayant assisté à l'enterrement de Mozart a récupéré plusieurs années après le crâne dans le casier dont il se souvenait être celui de Mozart. Pas de bol, c'était pas le bon...

(*3) Bien que certaines oeuvres ont parait-il eu le manuscrit détruit sans qu'aucune copie de subsiste...

http://mymozart.free.fr/apparence.htm
http://mozartina.com/janvier2006-1.htm

Partager cet article

Repost0