Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Cliquez sur "J'aime" !

18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 21:17

    Votre blog préféré aime mettre à l'honneur les artistes féminines émergentes dans le domaine de la chanson (nous l'avons vu avec Claire Denamur, Brune, Lussi...) Aujourd'hui, nous allons parler du phénomène GiedRé. Un sacré phénomène...

   Quand   GiedRé  promet de nous chanter des chansons d'amour, elle nous dit regretter de ne jamais voir ses amants car ceux-ci ne la besognent que pas derrière, et nous fredonne que son petit ami du moment bave quand il dort et que c'est dégueu... Vêtue d'une robe de petite fille modèle, la poupée lituanienne déblatère ainsi des horreurs cyniques et sordides sous un air (faussement?) ingénu sur des mélodies gentillettes. Quand je dis des horreurs c'est un euphémisme. Difficile d'imaginer que des propos aussi sordides puisse sortir de la moue boudeuse d'un visage aussi angélique : Enlèvement et assassinats d'enfants, mort des vieux seuls chez eux, prostitution et travestis du Bois de Boulogne etc... Les injustices de la société sociétés sont traités aux côtés de ritournelles à haute teneur sexuelle faisant parfois tomber tous les tabous des problèmes de couples. Certaines telles que "Ton secret" ou "Ode à la contraception" sont carrément dégueulasses. Cynique,  GiedRé pose tout haut les questions que tout le monde se pose tout bas ("Les prêtres mettent-ils du GHB dans l'ostie des enfants ?", "Au bout de combien de temps les parents d'enfants disparus remplacent la chambre de leur enfant par une salle de muscu ?") Et lorsqu'elle déclare que "Papa et Maman ont laissé Papy et Mamy dans leur lit pendant la canicule pour toucher l'héritage" on plonge carrément dans le thrash. Pas étonnant qu'elle aime, comme le prouve l'illustration ci jointe, se faire photographier au milieu de poubelles ! "Non je ne suis pas méchante, c'est le monde qui est pourri" se justifie-t-elle. Un humour noir foncé rappelant aisément celui de Raphaël Mezrahi ou Laurent Baffie qui l'ont découverte et balancée en pleine face du paysage audio-visuel francophone. On a pu d'ailleurs régulièrement l'entendre dans l'émission dominicale de ce dernier sur Europe 1 : "C'est quoi ce bordel !" et en première partie de son dernier One-Man-Show.  Mais tout à commencé à partir de son interview signée Raphaël Mezhrahi sur Europe 1, et depuis, c'est le buzz. L'échange de vidéos de GiedRé qui est aussi agréable à entendre qu'à regarder va bon train sur les sites communautaires tels que FaceBook. Ici, aux bureaux du Blog de Julien Petitjean nous l'avons connue sur le clip de "J'aimerais pouvoir pisser debout".

Chansons du CD


La belle au bois
L'amour à l'envers
Pisser debout
La petite camionnette
Les questions Je ne suis pas méchante
  GiedRé02

   Interview ? Parlons-en : impossible de creuser le mystère entourant la jeune fille (qui doit avoir aux alentours de 25 berges) qui a l'origine portait le curieux pseudo de Mmmoisie. Lors de cet exercice, GiedRé joue à fond les gamelles le rôle de son personnage et ne répond jamais vraiment sérieusement aux questions... La biographie de son site Web ne nous avance pas beaucoup, tout est placé sous le signe du surréalisme. Beaucoup de journalistes se sont cassé les dents dans l'entreprise de savoir qui elle est vraiment. A part ses origines lituaniennes et le fait que cette comédienne dont le vrai nom est Giedré Barauskaité, on apprend qu'elle sait jouer de multiples instruments de musique et qu'elle est apparue dans des spots de pub TV. Deux choses récurrentes lors des interviews, outre le fait de déclarer ouvertement son aversion pour les enfants, se faire passer pour une traînée en déclarant de son air de fausse Sainte Nitouche qu'elle a su coucher avec les bonnes personnes pour en arriver là. Pure plaisir de jouer un rôle en toutes circonstances ou pudeur effrénée pour préserver sa vie privée ? Nul ne le sait.

  GiedRé


Chansons ne figurant pas sur le CD
 

La petite fille a disparu
Tu baves quand tu dors
SACEM
Les beaux côtés de la vie
Ode à la contraception
Lave toi
Les moches
La mort nous attend
Tristesse du réveil
Ton secret
Mon anniversaire
J'aime pas
N'en parlons plus

 

 

 

   Vu qu'aujourd'hui, c'est très à la mode d'avoir "un univers", GiedRé n'est pas en reste dans ce domaine. Un univers clairement mis en évidence non seulement de par ses propos très axés du sexe, la mort et le cynisme poussé à outrance mais également sur scène de par son look et le décor kitch qui l'entoure, sur son site web officiel et sur le 1er CD de la chanteuse, que l'équipe du Blog de Julien Petitjean s'est procuré pour la modique somme de 11€. Sans vouloir être mauvaise langue, le prix se justifie plus pour son packaging que par le contenu. Mais c'est une belle pièce de collection (pressage limité paraît-il). Sur une vingtaine chansons que compte le répertoire de la belle, seules 7 y figurent interprétés sous une orchestration se limitant exclusivement à la voix et la guitare pour conserver le côté "live". En prime, une chanson cachée après un blanc de près de vingt minutes qui va nous donner le code secret à saisir ici pour avoir la possibilité de télécharger une autre chanson cachée qui, avouons le, n'est pas piquée des hannetons ! Dans le packaging que nous pouvons qualifier de pochette surprise, de nombreux éléments insolites. Tout d'abord le format DVD de la boîte cartonnée du CD, numérotée à la main. Le CD est imprimé d'un préservatif géant (non déroulé). Dans la pochette, un livret, genre cahier de devoirs mensuels qui faisait la joie des élèves préparant le certificat d'études jadis, sauf que là, le sus-dit cahier est raturé en "Cahier de devoirs menstruels" ! Le dos de la pochette du CD nous présente GiedRé de dos, la jupe levée (mais pour la voir, il faut acheter le CD !) et en prime, ultime cerise (mais pas de Groupama) sur le gâteau, une vraie trace de rouge à lèves ! Sont-ce les lèvres de la vraie GiedRé ? Seul un test d'ADN pourrait peut être le certifier. Le prochain CD est prévu pour juin. Il promet de nombreuse surprises, et, paraît-il pas que des chansons... Des vidéos aussi ? Des sextapes ? Le mystère reste pour le moment entier.

GiedRé album 12 Petits Chants
Le CD de GiedRé Le Cédé de Julien Petitjean

 

   Si on regarde bien, il y a beaucoup de similitudes entre le CD de GiedRé et celui de Julien Petitjean (datant déjà de 2003) : La pochette met en scène l'interprête à la guitare avec un tableau noir derrière... Au dos de la jacquette, le même personnage de dos. Autre détail troublant : La 1ère chanson du CD commence en ces termes : "Il était une fois..." le reste est toutefois fort différent mis à part une omniprésente ambiguïté entre des propos parfois très durs et souvent très grivois le tout présenté sous la forme de chansons pour enfants. Ces derniers ne devant en aucun cas écouter ces 2 CD sous peine de voir leurs rêves brisés ! Une photo de dos de l'artiste au dos du CD également dans les deux cas. Nul doute, ils sont sur la même longueur d'onde, et je propose que l'un fasse la 1ère partie de l'autre (ou inversement) et pourquoi pas la 3e mi temps !

   GiedRé, simple buzz ou carrière prometteuse ? L'avenir nous le dira...

Infos complémentaires sur ces liens :

http://www.hebdo.ch/oh_la_belle_insolente_105210_.html

Partager cet article

Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 14:00

   Cela fait des mois qu'on nous bassine avec le Médiator comme quoi il serait mortel... A moins de l'avaler je ne vois pas en quoi il puisse être mortel. Ca va faire bientôt 30 ans que j'utilise des médiators presque tous les jours, je n'ai jamais eu de problèmes de santé dû à leur utilisation.

   Appelé aussi plectre, ou pick (Canada) le médiator est un petit triangle plat de plastique (ou tout autre matière, métal, bois et parfois même écaille de tortue, dont sont très friands les guitaristes de jazz manouche). Il permet de pincer les cordes d'instruments de musique tels que la guitare, le banjo ou la mandoline.

   Certains guitaristes pourtant, à l'instar de Jeff Beck ou Mark Knopfler n'en utilisent pas et jouent mains nues. Pendant toute ma jeunesse, j'ai été adepte des médiator DUNLOP car ils étaient de toutes les couleurs (en fonction de leur épaisseur). De manière générale, on utilise les médiators fins pour gratouiller les accords, et les médiators plus épais pour les solos. Il existe aussi des médiators striés pour donner un effet sonore quand on gratte les accords.

   Il existe aussi l'onglet, qui permet de faire office d'ongle artificiel (notamment pour les techniques dites de "picking")

   Le choix de médiators fantaisie est infini. Cela peut aller du médiator pendentif d'AC/DC (figure n°1) aux médiators arborant une forme sculpturale plus ou moins imaginative à faire parfois pâlir de jalousie les plus grands sculpteurs modernes (figures n° 2 et 3)

  Figure n° 1
Figure n°2  Figure n°3 
  Mais au fait, comment se tient un médiator ? C'est très simple, concernant la guitare, il suffit de se fier au schéma ci-contre pour la tenue standard. Cependant, beaucoup de guitaristes ont une façon très personnelle de le tenir.
  Schéma ci-contre

   Personnellement, après avoir utilisé les médiators DUNLOP (Figure n°4) dont j'étais très friand étant gamin car il existait 6 épaisseurs possibles et une couleur par épaisseur (je les avais toutes) avec un exemplaire de chaque couleur, après une phase où mon choix s'est porté sur celui de la figure n°5, j'ai finalement jeté mon dévolu sur celui de la figure n°6. Celui-ci porte en effet des inscriptions et des motifs en relief ce qui est très pratique lorsqu'on transpire des doigts (sur scène par exemple) pour éviter que l'objet ne glisse et nous échappe des mains.

 

 

 

  Figure n°4
   Figure n°5
   Figure n°6

 

Le saviez-vous : Brian May le guitariste de QUEEN n'utilise pas de médiator mais une pièce de monnaie ! Ce qui n'a pas empêché Freddie Mercury de mourir...

Partager cet article

Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 13:30

   Non, ce n'est pas, contrairement à l'article précédent un poisson d'avril. La Cité de la Musique (Paris) organise du 15 mars au 21 août 2011, pour commémorer les 30 ans de la mort du maître, un fabuleux concours : le Championnat du Monde de Georges Brassens. Pour l'instant, plus d'une centaine de candidats sont en lice (*) parmi lesquels, vous imaginez bien, l'auteur de ce blog !

   Le principe du concours est très simple: les candidats ont pour mission de mettre en ligne sur Dailymotion une vidéo où ils interprètent l'une des chanson de Georges Brassens, si possible en l'imitant. Tous les mois, 10 vidéos seront sélectionnées parmi celles ayant recueilli le plus de suffrages. Les vidéos gagnantes seront diffusées dans le cadre de l'exposition consacrée à l'homme à la pipe, à la Cité de la Musique. La classe non ?

   Nous vous invitons bien entendu à voter pour la vidéo que j'ai proposée, qui n'est pas à proprement parler une imitation, et qui n'a pas été réalisée pour le concours vu qu'elle date de mars 2008, mais rassurez-vous il y en aura d'autres, et beaucoup plus déjantées !

 

 Pour votez, cliquez sur la coche qui apparaît en haut à gauche de l'écran au cours de la lecture de la vidéo. 

 

   L'équipe de ce blog étant particulièrement fair play, nous vous proposons 3 vidéos participant au concours et qui ont tout particulièrement attiré notre attention et qui mériteraient de gagner :



 

(*) Et non "en liste" comme j'entends souvent dire !!!!

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 13:19

   Bonjour à tous chers lecteurs de ce blog, c'est le 1er article de 2011, et vu que je vous ai fait patienter 15 jours avant de le publier, y'avait intérêt à ce que cette longue attente en vaille pleinement la chandelle !

   En cette période de galette des rois qui clôt les traditionnelles fêtes de fin d'année (Halloween, Toussaint, Fête des Morts, Avent, Noël, Nouvel an et enfin Epiphanie) où chacun d'entre nous, tour à tour, défait le sapin, la crèche, remet le Petit Jésus dans sa boîte en attendant Noël prochain et range boules et guirlandes qui ont fait le bonheur de petits et grands avant que le sapin (s'il est véritable) ne finisse dans un sac à sapin. Avant de penser à faire un sérieux régime pour perdre les kilos acquis (?) pendant ces fêtes, distrayons nous une dernière fois par une nourriture saine et équilibrée, non alimentaire mais audio-visuelle.

   J'ai ainsi décidé de dévoiler au grand jour une chanson que j'ai dans les cartons depuis déjà 4 ans, qui figurera dans le prochain CD et que certains d'entre vous connaissent déjà pour m'avoir vu la massacrer en concert à la guitare. Sauf que là, j'ai décidé de vous la chanter au piano ! (C'est plus classe)

   Les mauvaises langues y décelleront sans doute quelques petites allusions sexuelles, mais qu'à cela ne tienne, je m'en moque comme de ma première chemise. Et ceux qui ne croient toujours pas au Père Noël seront ébahis de le voir en chair et en os.

   Eh oui, au blog de Julien Petitjean, rien d'impossible. Bon film, bonne nuit.

 


Partager cet article

Repost0
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 15:00

 

Noel_le-chat-noel-002.jpg

   Comme promis hier, la suite de notre petit florilège des chansons de Noël pas connues mais chantées par des artistes connus. En voici 5 nouvelles, qui, je l'espère sauront vous enchanter et faire passer un Noël plus féérique que jamais.

   Vu qu'hier nous avons terminé par Johnny, aujourd'hui nous commencerons par ce dernier, peu avare de chansons de Noël, même si ce n'est pas forcément dans ce registre que son public l'attend le plus...

Johnny Hallyday - Noël interdit

Un Noël destiné à ceux qui n'y ont jamais cru, un Noël interdit en somme.

Les Wampas - Ce soir c'est Noël

Pas grand chose à dire sur cette chanson punk vu la pauvreté des paroles. Juste pour montrer qu'ils n'ont pas fait que "Manu Chao" et "Chirac en prison"

Max Boublil - Joyeux Noël

Il n'est pas inutile de rappeler que les jouets reçus par les enfants occidentaux pour Noël sont fabriqués par des enfants chinois payés une misère !

Patrick Bruel - Lettre au Père Noël

Patrick écrit avec son enfant une lettre utopique au Père Noël. C'était bien lui, il me semble qui disait dans une autre chanson : "A toi aussi, je suis sûr qu'on en a dit de belles histoires, tu parles, que des conneries !"...

   Et enfin en cadeau bonus, une petite chanson de Noël pour laquelle j'ai une affection toute particulière mais pour laquelle je n'ai malheureusement pas pu intégrer un lecteur comme pour les précédentes. Il s'agit de Lucien Grodard, chanteur de la région (Lorraine) et qui signa un titre reggae sur tous les inconvénients de Noël. On retiendra ce couplet très puissant : "Je préfère les petites jamaïcaines plutôt que les dindes aux marrons. Plutôt que me remplir la bedaine, je préfère me vider les roustons." Pour l'écouter, c'est très simple, cliquez ici et une fois la page affichée, cliquez sur le titre Jamaïca.

noel_mere_noel0010.jpg

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 20:20

 

 NOEL_pere-noel-chine.jpg 

   Ras le bol du "Petit Papa Noël" de Tino Rossi, de "Vive de vent" et autre "Il est né le divin enfant" sans parler de "Mon beau sapin" (dont vous allez découvrir bientôt qu'il n'est plus roi des forêts) ? Vous êtes tombé sur la bonne page car nous aussi.

   C'est pourquoi nous vous proposons un petit florilège de jolies chansons de Noël, tombées aux oubliettes bien que de chanteurs connus tels que Renaud, Johnny Hallyday ou Pierre Perret.

   Nous aimons beaucoup Dutronc, mais nous nous sommes concertés (tout l'équipe, soit beaucoup de monde) et avons décidé de ne pas la citer car elle est beaucoup trop connue. Nous préférons privilégier la découverte, et certaines sont pour le moins insolites !

 

 Pierre Perret - Mère Noël 

A la manière qui est la sienne, Pierre Perret a décidé d'écrire une lettre, non pas au Père Noël... Mais à l'épouse de celui-ci ! 

 

Coluche - Noël

Sur un air de slow façon 60's, une jolie chanson de Noël sur un ton vaguement désinvolte... 

 
Renaud - Le Père Noël Noir
Sur un air reggae, un père Noël pas tout à fait cet qu'on se l'imagine puisqu'il est... Noir !

 

Claude François - En rêvant à Noël

Une sorte de remake du "Jouet extraordinaire" mais adapté à la circonstance...

 

Johnny Hallyday - Mon plus beau Noël

Pour Johnny Hallyday, tu es son plus beau Noël, celui qu'il n'a jamais eu !

 

NOEL_1239-mere-noel.jpg 

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 14:00

christophe-jpg_10276.jpg    Parlez à un jeune d'aujourd'hui de Christophe, le chanteur. Il va vous demander "Christophe Maé ou Christophe Wilhem ?" et là, vous vous direz, déséspéré : "Toute une culture à refaire..." Il faudra lui expliquer qui est Christophe Tout Court (*) (sans nom de famille) le chanteur. Et vous lui proposerez de lire cet article pour en savoir un peu plus. Rien de mieux qu'apprendre en s'amusant.

   Christophe, (Daniel Bevilacqua de son vrai nom comme peu le savent) était donc en visite à Vandoeuvre-lès-Nancy vendredi dernier pour un tour de chant mémorable. Soit dit en passant, je ne connais pas le maire de Vandoeuvre (il parait qu'il s'appelle Stéphane Hablot) mais en l'espace d'un mois c'est la 2e fois que je viens y voir un spectacle à la salle des fêtes, et c'est la 2e fois que l'artiste nous fait l'éloge de cette personne... L'artiste précédent étant Arno, il nous en a bien sûr parlé en terme de "Bourgmestre"(**).

    Les joues creusées, des lunettes de soleil, une tignasse blonde coiffée en arrière, à l'aise derrière un piano où il commence son récital, perfectionniste maladif, on l'a souvent comparé à Michel Polnareff (la suffisance en moins). Il faut dire qu'ils ont connu la célébrité à la même époque. Christophe en 1965 avec "Aline", Polnareff en 1966 avec "La Poupée qui fait Non" (***)

     Daniel Bevilacqua commence son set presque à l'heure avec des morceaux récents et assez peu connus d'un point de vue purement radiophonique. Planants pour la plupart, mais pas inintéressants musicalement parlant. Mais une bonne partie du public attend avec impatience les grands standards...

   On les sent arriver avec "Parlez lui de moi" (interprétation magistrale) et "succès fou", mais, chose inattendue, du jamais vu dans ma carrière de spectateur, une pause d'environ 30 minutes au milieu du spectacle, sorte d'entr'acte comme cela se faisait autrefois. Christophe nous dit qu'il va un peu se changer pour la 2e moitié du spectacle, et pour nous faire patienter, passe à l'aide d'un Juke Box (il les collectionne) quelques chansons qui semblent être d'Elvis par exemple une chanson sur l'air de "That's all right Mama" avec d'autres paroles.

   A son retour sur scène, il enchaîne une séquence en duo avec son guitariste adoptant le mode flamenco pour "Señorita", puis "Les Marionnettes" et "Cette vie là" tout seul à la guitare. Les musiciens reviennent petit à petit pour finir en apothéose avec d'autres grands succès. Contrairement à Charles Aznavour, Christophe ne dit pas sèchement au début du spectacle qu'il ne fait pas de rappel. La méthode pour le dire est un peu plus subtile. Tournant en dérision la tradition tant galvaudée du rappel, Christophe dit grosso modo : " Bon, là c'est l'heure où normalement je sors de scène, vous me rappelez et je reviens, on va dire que c'est fait, jeChristophe-Coffret-5CD.jpg reviens je suis là et voilà on continue ".

   Contrairement à Polnareff, il retire momentanément ses lunettes pour chanter "Les Paradis Perdus" puis joue de l'harmonica sur "Le Petit Gars".  Après "Les Mots Bleus" dont Jean Michel Jarre a signé les paroles (et non la musique !!!), Christophe termine sur "Aline" (qui ne doit plus être toute jeune), puis enfin "La Dolce Vita".

    Difficile de s'imaginer Christophe sur scène avant de l'avoir vu. C'est finalement quelqu'un de simple, timide, chaleureux, d'une grande sincérité et dont la seule préoccupation est de faire plaisir à son public.

    On aurait pû s'attendre à des versions complètements disjonctées et méconnaissables des grands succès, mais bien que pour certains cela fait plus de 35 ans qu'ils les chante, il semble toujours se faire autant plaisir à les ressortir.

    Autre détail qui a son importance, rare sont les concerts où je n'en ressorte pas les oreilles complètement explosées. Ce ne fut pas le cas avec Christophe.

   Pour ceux qui ont raté cet événement, j'ai un lot de consolation à vous proposer. Sachez qu'actuellement dans le commerce, vous pouvez trouver pour la modique somme de 45€, un coffret 5CD de Christophe et qui, personnellement, m'a permis de découvrir certaines facettes de l'oeuvre de Christophe que je ne connaissais pas, et qui m'ont permis de me préparer psychologiquement pour le concert.


(*) Sans nom de famille. A ne pas confondre avec Alex Toucourt, autre chanteur, originaire de Longwy, et pour l'instant moins célèbre. 

(**) En effet; Arno est belge.

(***) Finalement, peut être que la poupée qui fait non s'appelait Aline...

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 13:27

   Dans le cadre du Festival RING organisé par le théatre de la manufacture de Nancy pour marquer la Saint Nicolas, se déroulent un ensemble d'événements tels que concerts, lectures, pièces de théatre... Hier soir par exemple, un concert au Hublot(*).

    Malgré un cafouillis pour l'organisation de l'événement, dont on ne savait pas très bien s'il se déroulait au Théatre de la Manufacture ou au Hublot, ni s'il commençait à 19h30, à 21h ou à 22h selon les sources (certains se sont peut être aussi demandé s'il s'agissait bien de Brune et non pas de BB Brune !) Il s'est avéré qu'en définitive c'est au Hublot à 22h45 que s'est donc produite la chanteuse brune Brune hier soir. Une délégation du blog de Julien Petitjean était présente.

   Brune, alias Caroline Bayendrian arrive sur scène seule au piano pour nous distiller ses compostions pleines de sensualité dont le fameux Paris (**) dont voici un clip : 

 

     Associée à une aisance scénique certaine, une voix, chargée d'émotion sans éprouver le besoin d'en faire des tonnes. Son visage de brune ténébreuse change d'expression un nombre impressionnant de fois à la seconde au gré des mots magiques qui sortent de sa bouche pulpeuse. Bouche pulpeuse que l'on retrouve sur son Tshirt à l'effigie de Marilyn à la bouche floquée de paillettes rose/rouge. T shirt subtilement choisi pour souligner l'antagonisme blonde/brune. Viennent alors successivement deux barbus (ses bruns comme elle les appelle), Valentin Montu à la guitare et Gregory Jacques à la batterie. Brune vient ensuite saisir une guitare pour chanter en avant scène, y jouant à la manière d'une basse en utilisant essentiellement la corde de mi grave abaissée quelques demi tons. Le spectacle va crescendo entrecoupé de phases plus calmes avec à nouveau Brune au piano vers la fin, en prime, un copieux rappel. La boucle est bouclée. Tels les chBrune.jpgeveux gris qui poussent sur sa tête et encore invisibles de son public, seule une trentaine de spectateurs constituaient les rangs clairsemés de la salle, les autres, n'ayant sans doute pas eu le courage de braver les éléments (froid + neige + araignées) pour assister à cet événement. Mais dans la salle, c'est à l'unanimité que le public (blonds, roux ou bruns) a  pu affirmer que oui, comme le disait si bien Lio, les brunes ne comptent définitivement pas pour des prunes.

  Brune, on ne sait rien d'elle si ce n'est qu'elle est orininaire de Lyon et qu'elle a chanté dans le métro (parisien). C'est peut être aussi ce mystère qui a fait que la magie a opéré. Le Hublot est donc décidément un lieu où notre équipe a fait de très belles découvertes ces derniers temps.

  Trophée ramené de l'escapade, le CD dédicacé de la main de Caroline. Très beau CD, des titres aux noms très brefs (John, Eléa, Hey...) mais reflétant à merveille, dans des arrangements dépouillés et très soignés ce qui s'est produit au hublot ce soir là, l'image en moins. Quel dommage... 



(*) Cliquez ici pour lire un autre compte rendu du même concert, sur un blog concurrent mais néanmoins ami.

(**) Cliquez ici pour écouter une autre chanson du même nom et d'un autre chanteur.

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 00:01

   Tous les ans, il est de tradition de parler du Beaujolais sur ce blog. Mais pas question de dire que c'est un vin dégueulasse, vous imaginez s'il portait plainte pour diffamation ? Non, tel n'est pas l'objet de notre propos et je vous laisse le goûter et vous faire une idée par vous même. Tout d'abord un petit rappel des articles concernant l'événement sur toutes les années précédentes depuis la création de ce blog :

2006 - New Beaujolpif à télécharger

2007 - Beaujolais nouveau à la Chenille Bleu

2008 - Beaujolpif paf pouf

2009 - Le Beaujolais Nouveau 2009 et Thierry Henri

  Pour 2010, je vous ai réservé une petite surprise. Tout est dans ce petit clip : 

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 13:30

   L'équipe du blog de Julien Petitjean a décidé un peu à la dernière minute de se rendre au concert d'hier soir des NJP 2010 (*) sous le grand chapiteau de la Pépinière à Nancy. Bien qu'ayant malheureusement loupé Madjo que vous pouvez tout de même découvrir en cliquant ici, pour des problème d'agenda de ministre, l'équipe s'est consolé avec les prestations de Jeanne Cherhal et Jacques Higelin, sans se douter de toutes les péripéties qui allaient alimenter la soirée.

   Tiens, en parlant d'alimentation, les membres de l'équipe ayant chosi de s'alimenter sur place et crevant la dalle se rend au stanCherhal_Jeanne.jpgd sandwich en apprenant que tout le stock était épuisé et ne pouvant se consoler qu'avec quelques barres chocolatées. Bien que cela ne nourrisse pas son homme (encore moins son équipe). Après tout, n'est-ce pas plutôt de la nourriture musicale que l'on vient chercher aux NJP ?

   Twix, Mars et autre Snickers en poche, les 1ères notes du set de Jeanne Cherhal (notre photo féminine) retentissent à point nommé. La brindille souple, agile et sautillante, coiffée à la garçonne, enveloppée d'une robe fourreau et d'un léger filet noir dont elle ne tarde pas à se dévêtir, commence à égrener ses refrains dénués de tous codes radiophoniques. Des paroles intelligentes et intelligibles (c'est d'ailleurs d'autant plus apréciable qu'il est rare dans ce genre de manifestation d'avoir un son suffisamment bien réglé pour suivre aisément les propos du chanteur, surtout quand celui-ci, tel Jeanne, AR-TI-CULE bien) sur des musiques agréables et pleines d'originalité, mais aucune connue de l'équipe du blog (honte à nous ! quel gâchis...) Peu d'artifices ni de jeux de scène tape-à-l'oeil, mais beaucoup de finesse et de sensualité. A la fin du spectacle la chanteuse allume une sorte de guirlande électrique sur chacun de ses musiciens. C'est du plus bel effet. Après le rappel (et rhabillée différemment pour l'occasion), elle quitte la scène du chapiteau sous une ovation unanime.

   3e partie de soirée, tout le monde hurle en choeur "Jacquot ! Jacquot !" Le poète (notre photo masculine) à la crinière argentée arrive sur scène et s'asseoit au piano. A ce moment l'équipe se Higelin_Jacques.jpgdemande si elle assistera exactement à la même prestation que celle à laquelle elle avait assisté à Toul Valcourt le 21 mai dernier. Très vite il s'avèrera que non. A la fin du premier morceau, Higelin s'offusque contre quelques photographes (journalistes ? Spectateurs suivant le spectacle sur l'écran de leur téléphone ?) "Ecoutez avec vos oreilles ou regardez avec vos yeux mais ne nous faites pas chier !". Le ton est donné. Il chantera même la chanson suivante caché derrière le gigantesque bodhrán de son percussioniste, au début, nous pensons qu'il déconne. Dès lors, Higelin va enchaîner chaque morceau sans s'adresser une seule fois au public (sauf pour présenter ses musiciens à la fin). Un spectateur quitte la fosse hors de lui devant les applaudissements adressés suite à la chanson "Champagne" : "Des moutons ! Des moutons ! C'est de la merde ce concert !" Dit-il. Un habitué d'Higelin sans doute, et donc exigeant. Nous n'irons pas jusqu'à tenir les mêmes propos de peur que l'artiste ne fasse subir le même sors au blog de Julien Petitjean que ce que lui a fait subir l'ex chirurgien de Johnny Halliday, mais il est vrai qu'il y a un net contraste entre ce concert et celui de Valcourt (plus proche parait-il des habitudes du chanteur) où Higelin partait dans des délirs vianesques (**) et psychédéliques entre chaque morceaux par des envolées verbales certes farfelues mais profondément chaleureuses. Toute la générosité habituelle de Jacquot à l'égard de son public est absente pour ce soir. Est-ce simplement à cause des photographes, ou s'est-il passé autre chose en coulisses ? Nous ne le saurons sans doute jamais. Après "Pars", comme si ce devait être un signe du destin, pas de rappel, le chanteur excédé quitte la scène sous des huées unanimes et ne reviendra plus.

   Avec une surprise plutôt agréable par un rapide survol du répertoire de Jeanne Cherhal et un Higelin à l'opposé de ce que nous connaissions, l'équipe du blog, à l'instar de sa précédente incursion dans le public des NJP 2010, ne regrette vraiment pas d'avoir fait le déplacement pour cette soirée riche en émotions ! (Un autre point de vue sur le concert en cliquant ici)

 


(*) "Nancy Jazz Pulsations", festival annuel à Nancy regroupant tous les styles de musiques qui ne sont pas à vocation purement commerciales.

(**) Dignes de Boris Vian, surréalistes.

Partager cet article

Repost0