Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Cliquez sur "J'aime" !

8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 13:27

   Dans le cadre du Festival RING organisé par le théatre de la manufacture de Nancy pour marquer la Saint Nicolas, se déroulent un ensemble d'événements tels que concerts, lectures, pièces de théatre... Hier soir par exemple, un concert au Hublot(*).

    Malgré un cafouillis pour l'organisation de l'événement, dont on ne savait pas très bien s'il se déroulait au Théatre de la Manufacture ou au Hublot, ni s'il commençait à 19h30, à 21h ou à 22h selon les sources (certains se sont peut être aussi demandé s'il s'agissait bien de Brune et non pas de BB Brune !) Il s'est avéré qu'en définitive c'est au Hublot à 22h45 que s'est donc produite la chanteuse brune Brune hier soir. Une délégation du blog de Julien Petitjean était présente.

   Brune, alias Caroline Bayendrian arrive sur scène seule au piano pour nous distiller ses compostions pleines de sensualité dont le fameux Paris (**) dont voici un clip : 

 

     Associée à une aisance scénique certaine, une voix, chargée d'émotion sans éprouver le besoin d'en faire des tonnes. Son visage de brune ténébreuse change d'expression un nombre impressionnant de fois à la seconde au gré des mots magiques qui sortent de sa bouche pulpeuse. Bouche pulpeuse que l'on retrouve sur son Tshirt à l'effigie de Marilyn à la bouche floquée de paillettes rose/rouge. T shirt subtilement choisi pour souligner l'antagonisme blonde/brune. Viennent alors successivement deux barbus (ses bruns comme elle les appelle), Valentin Montu à la guitare et Gregory Jacques à la batterie. Brune vient ensuite saisir une guitare pour chanter en avant scène, y jouant à la manière d'une basse en utilisant essentiellement la corde de mi grave abaissée quelques demi tons. Le spectacle va crescendo entrecoupé de phases plus calmes avec à nouveau Brune au piano vers la fin, en prime, un copieux rappel. La boucle est bouclée. Tels les chBrune.jpgeveux gris qui poussent sur sa tête et encore invisibles de son public, seule une trentaine de spectateurs constituaient les rangs clairsemés de la salle, les autres, n'ayant sans doute pas eu le courage de braver les éléments (froid + neige + araignées) pour assister à cet événement. Mais dans la salle, c'est à l'unanimité que le public (blonds, roux ou bruns) a  pu affirmer que oui, comme le disait si bien Lio, les brunes ne comptent définitivement pas pour des prunes.

  Brune, on ne sait rien d'elle si ce n'est qu'elle est orininaire de Lyon et qu'elle a chanté dans le métro (parisien). C'est peut être aussi ce mystère qui a fait que la magie a opéré. Le Hublot est donc décidément un lieu où notre équipe a fait de très belles découvertes ces derniers temps.

  Trophée ramené de l'escapade, le CD dédicacé de la main de Caroline. Très beau CD, des titres aux noms très brefs (John, Eléa, Hey...) mais reflétant à merveille, dans des arrangements dépouillés et très soignés ce qui s'est produit au hublot ce soir là, l'image en moins. Quel dommage... 



(*) Cliquez ici pour lire un autre compte rendu du même concert, sur un blog concurrent mais néanmoins ami.

(**) Cliquez ici pour écouter une autre chanson du même nom et d'un autre chanteur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Julien Petitjean - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Katell 08/12/2010 15:46



Très bel article ! C'est marrant : moi aussi, j'ai pensé à Lio et à ses brunes qui ne comptent pas pour des prunes. J'ai failli en faire le titre de mon article !!



Julien Petitjean 08/12/2010 16:56



Les grands esprits se rencontrent pour les rangs clairsemés !